Anima

23.11.2009
|
0 Commentaires
|

Rencontre avec Jean-François Spricigo

J’avais évoqué dans mon billet sur Arles 2009 le coup de cœur que j’avais eu pour l’exposition de Jean-François Spricigo.
J’ai eu la chance de le rencontrer à l’Académie des Beaux-Arts de Paris, et de pouvoir échanger avec lui, devant les photos de la série Anima avec laquelle il a remporté le Prix de Photographie 2008 de cette institution.

Je ne parle pas de discuter mais bien d’échanger; ce mot me semble plus juste pour qualifier cette rencontre. Il a été question d’émotion, de violence des sentiments, d’abandon face au sujet.
Et aussi d’ânes…

Ce sujet est simple, mais pas banal, et c’est peut être ce qui m’a le plus touché quand j’ai découvert ses images.
J’ai le sentiment que la photographie contemporaine joue la surenchère du concept, allant de corrélation avec celle du matériel qu’un photographe à a sa disposition aujourd’hui. Elle s’enferme dans le concept en oubliant la simplicité de ce qui nous entoure.
Jean-François s’attache à cette simplicité; il n’est pas le seul mais son style et son regard interpellent.
Il a choisi les animaux, parce qu’ils font partie de sa vie et l’aident à appréhender le monde qui l’entoure. Pas n’importe quels animaux, mais les plus simples qu’ils soient. Ceux qui nous renvoient à notre condition humaine, ceux avec qui nous avons tissé des liens forts au fil des siècles.
Et pourquoi pas des ânes ?

Et pour illustrer cet échange, j’ai même l’audace de ne pas illustrer ce billet avec une photo de Jean-François, qui serait extraite du dossier de presse, mais avec une des miennes.

Une photo d’âne, qui plus est…

Encore merci pour cette rencontre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.